COVID-19 : Consultation par téléphone ou en vidéoconférence
Blogue

Comment faire une faillite personnelle au Québec?

Comment faire une faillite personnelle au Québec

La situation actuelle reliée à la COVID-19 peut occasionner certains problèmes financiers pour des travailleurs ayant perdu leur emploi ou pour des personnes ayant déjà une santé financière fragile. Si vous êtes aux prises avec des dettes et que vous ne voyez aucun moyen pour vous en sortir, il est temps de penser à une solution à l’endettement comme faire une faillite personnelle.

Cette solution à l’endettement est régulièrement perçue négativement. Pourtant, dans les moments financiers les plus délicats, il n’y a pas de meilleures alternatives. Cette option vous évite bien des problèmes lorsque vous ne pouvez plus honorer vos dettes, tels que des poursuites judiciaires, une saisie de votre salaire ou des coupures diverses (électricité, gaz, téléphone, etc.).

Cette solution est un bon moyen pour repartir à zéro. D’ailleurs, elle vous permet de vous libérer de la majorité de vos dettes.

Si vous avez des préoccupations ou des questionnements sur votre santé financière, n’hésitez pas à nous contacter pour obtenir une consultation en appel vidéo via notre Clinique Liberté. Ces consultations sont gratuites, sans engagement et confidentielles.

D’autre part, si la crise du coronavirus vous empêche de rembourser vos dettes, voici les étapes que vous devez suivre pour faire une faillite personnelle au Québec

Étape 1 : Consultez un syndic autorisé en insolvabilité

Pour faire une faillite personnelle au Québec, vous devrez vous adresser à un bureau de syndic autorisé en insolvabilité. Lors d’une première rencontre auprès d’un créateur de santé financière, on vous demandera d’expliquer votre situation et de préciser l’étendue de vos problèmes financiers.

Cette première étape a pour objectif de déterminer si la faillite est idéale à votre situation. Autrement, votre syndic vous proposera d’autres alternatives moins radicales comme la proposition de consommateur.

Étape 2 : La déclaration de la faillite

Si la faillite s’avère être la meilleure solution pour vos problèmes financiers, vous passerez à la deuxième étape.

Votre créateur de santé financière vous remettra les documents à remplir pour officialiser la solution choisie. Selon la situation, il est possible que vous deviez céder vos biens et confier le remboursement de vos dettes au séquestre officiel. Une fois les documents remplis et signés, il reviendra au syndic de régler votre situation d’endettement.

Le syndic autorisé en insolvabilité vous représentera auprès de tous vos créanciers à partir du moment où vous lui remettrez les documents. Cela sera considéré comme la date de début du processus légal.

Étape 3 : La déclaration des revenus

Après avoir rempli les documents relatifs à la déclaration de la faillite, vous devrez aussi déclarer vos revenus. Les deux documents à remplir seront les suivants :

  • Une déclaration des revenus du 1er janvier à la veille de la signature ;
  • Une déclaration des revenus de la date de la faillite au 31 décembre.

Ces documents doivent être faites avant le 30 avril de l’année suivante de celle de votre faillite. En plus, les subventions ou les crédits d’impôts dont vous aurez bénéficié durant l’année devront être partagés entre ces deux périodes.

Étape 4 : La liquidation de vos biens

Quatrièmement, dès la déclaration de la faillite et de vos revenus, vous n’avez plus à intervenir. Le Syndic s’occupera du reste :

  • Liquider vos biens saisissables et va mettre en fiducie les sommes qu’il récoltera.
  • Contacter vos créanciers pour les aviser de votre nouvelle situation financière (vos revenus actuels, la valeur de vos biens), documents à l’appui, et va leur proposer de nouvelles conditions de remboursement.
  • Gérer le remboursement en répartissant entre vos créanciers la somme obtenue suite à la liquidation de vos biens, ainsi que le montant que vous lui verserez par mois pour cela.
  • Déclarer vos revenus pendant les 2 années précédentes la faillite, et pendant l’année qui suit.

Voici la liste des biens que vous pourrez remettre à votre Syndic pour liquidation :

  • Objets personnels de valeur qui ne sont pas indispensables au quotidien (piano, œuvres d’art, etc.) ;
  • Moyens de transport récréatifs (sous certaines conditions) ;
  • Biens immobiliers (sous certaines conditions) ;
  • Valeurs de vos polices d’assurance-vie ;
  • Remboursements d’impôt dont vous avez bénéficié durant les 12 mois avant la date de la faillite ;
  • Contributions au REEE (Régime enregistré Épargne Étude) ;
  • Placements hors REER et CELI ;
  • Cotisations des 12 derniers mois au REER.

De plus, contrairement aux idées populaires, la faillite personnelle ne va pas vous ruiner. Vous n’allez pas vous retrouver démuni et sans rien. Votre syndic vous permettra de garder certains biens qui sont indispensables et qui vous permettront de repartir du bon pied, tels que vos meubles, vos vêtements, vos instruments et outils nécessaires pour le travail, vos biens immobiliers (sous certaines conditions), vos moyens de transport récréatifs (sous certaines conditions), vos fonds de pension employeurs, les fonds de votre REER accumulés avant la période précédant l’année de votre faillite, les fonds de vos comptes de retraite immobilisés (CRI) et vos fonds enregistrés de revenu de retraite.

Étape 5 : Les séances de consultation

Durant la procédure, le syndic vous invitera à participer à deux séances de consultation avec un créateur de santé financière. Ces rencontres auront pour objectif de vous aider à mieux maitriser votre budget pour que vous n’ayez plus à revivre la situation dans laquelle vous étiez et à comprendre pourquoi vous en êtes arrivé à la faillite et quelles sont les solutions à adopter pour que vous puissiez repartir du bon pied.

Étape 6 : L’audience de libération

En règle générale, la libération de vos dettes vous sera accordée automatiquement sans que vous n’ayez besoin d’aller au tribunal. D’ailleurs, l’audience de libération n’est pas toujours requise lors d’une première ou d’une deuxième faillite.

Cette audience deviendra obligatoire et vous devrez être présent dans les conditions suivantes :

  • vous faites une troisième faillite ;
  • vous n’avez pas assisté à vos deux séances de consultation ;
  • les informations relatives à votre budget périodique n’ont pas été envoyées ;

À la fin de l’audience, quatre jugements sont possibles :

  • Absolue : une libération obtenue sans condition.
  • Conditionnelle : vous devrez remplir une condition supplémentaire afin d’être libéré. Par exemple, le versement d’un montant spécifique pendant une période déterminée.
  • Suspendue : libération de vos dettes à une date précise et future (pas immédiatement).
  • Refusée : vous ne pourrez pas vous libérer de vos dettes. Ce jugement est toutefois plutôt rare.

Étape 7 : La libération

Une fois votre libération prononcée, vous serez soulagé de vos dettes. En fait, votre libération officielle aura lieu dans les 9 à 21 mois suivant votre première faillite. Lors d’une deuxième faillite, elle aura plutôt lieu dans les 24 à 36 mois suivants. Pour une troisième faillite, vous devrez vous présenter à une audition de libération afin d’obtenir un jugement.

Il se peut que le processus de faillite vous semble complexe ou effrayant. Dans tous les cas, et même si vous n’êtes pas rendus à l’étape de faire une faillite personnelle, sachez que nous sommes là pour vous aider et vous conseiller. Vous pouvez également planifier une consultation en appel vidéo grâce à la Clinique Liberté. Notre équipe vous aidera à trouver la meilleure solution à vos problèmes de dettes et vous accompagnera lors du processus.